Stupeurs & Illuminations

Parlons un peu de ce qu’il y a dans la tête des hommes : une bite. Dès nos premiers éveils, notre première lancée de sperme, jusqu’à l’andropause et l’amour platonique, gérer les pulsions héritées de notre programmation à la reproduction n’est pas chose aisée. Le mouvement #metoo et le nombre de viols montrent que certains n’y arrivent pas bien. Pour les autres, est-ce que c’est plus facile ? Est-ce que l’avenir, soutenu par un effort technologique continu, nous sauvera de cette pathologie ?

Lire la suite...

Le soir, moment de relâchement, De rêverie, d'éclipse sur le temps. Une multitude d'envies sans but. Un coin de la tête toujours en rut.

La nuit, les nuages sont plus visibles. L'électricité, notre drogue, Nous offre sa panoplie de shots. La beauté digitale est transmissible.

Seul allongé sans rien faire, On se sent entouré de toutes parts, Sollicité par des idées éphémères.

Plaisir simple de se sentir vivant, De saisir dans le moment cette chance rare, Ne rien devoir et profiter du présent.

Lire la suite...

Hier, je suis tombé sur ce lien sur Gamefound. Avec des commentaires dithyrambiques et une expérience importante dans la création de tables de jeu, la campagne de Rathskellers avait de quoi séduire tous ceux qui ont besoin d’une table et qui ont les finances pour se le permettre. Un de mes auteurs préférés, Chris Boelinger, y mettait même son petit encouragement. Par chance, la campagne avait pris fin il y a deux ans.

Table de jeu Sunnygeeks par Rathskellers

Lire la suite...

Alors que la neige tombe pour le 1er avril, paralysant comme de coutume les routes, le prétexte pour révasser est là : on regarde les flocons tomber… Je repense à mon précédent article, et je me dis : et si jamais cette fois c’était la bonne, si j’arrêtais d’acheter pour de bon ?

Lire la suite...

Je sais depuis longtemps que “Plus on a des revenus élevés, plus on émet de CO2, et il est possible d'établir une relation entre le niveau de revenu et le niveau d'émission.” Tandis que la population s’apprauvrit et tente donc de survivre avec ses moyens, à partir de la classe moyenne, c’est autre chose. Notre conditionnement au consumérisme fait que dès que nous avons plus de possibilité de dépenser, nous le faisons. Depuis quelques années, j’ai fait le choix d’essayer de gagner moins.

Lire la suite...

Puisque les gens commencent à trembler les rapports du GIEC, ils veulent des sites qui limitent leur empreinte carbone. Pendant que les pros de la low-tech hébergent leur site grâce à un panneaux solaire, les portails vidéo font exploser la consommation énergétique d’internet, augmentant la responsabilité du secteur dans les émissions de gaz à effet de serre autour des 10% (selon les chiffres, selon les années). En tant que développeur en informatique, je cherche donc des hébergeurs green green green. Carbone négatifs, ose-t-on écrire de nos jours.

Green, super green

Lire la suite...

Tristan Nitot (@nitot@framapiaf.org) effectue des condensés hebdomadaires riches en informations de qualité. Une fois n’est pas coutume, en suivant un lien puis un autre, je suis tombé sur un article sur lequel je me permis ci-dessous de rebondir.

Lire la suite...

La seconde main est maintenant dans toutes les consciences.

Elle a explosé pendant la crise sanitaire. Si vous voulez vendre vos livres, les marketplace d’Amazon, Rakuten ou de la FNAC vous tendent les bras, Vinted, Ebay ou leboncoin vous permet de remettre en main propre, Facebook a aussi son petit coin vente qui marche du tonnerre, ou alors vous avez des applications spécialisées comme Momox ou Bourseauxlivres.

Lire la suite...

By François-Xavier Guillois

Si les jeux de société passent encore par des maisons d’édition, celles-ci évoluent dans un marché très concurrentiel qui les oblige à limiter les risques financiers. Elles ont alors massivement recours au financement participatif. Le grand perdant de ces nouveaux cycles de ventes, c’est le test de jeu.

Lire la suite...

Depuis plusieurs années, l’expérience du serveur solaire de LowTech Magazine m’interroge. En tant que professionnel du web d’abord, dois-je adapter les sites et applications pour qu’ils soient déconnectés un certain nombre d’heures par jour ? En tant qu’utilisateur ensuite, est-ce que les habitudes que nous avons pris à surfer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit vont-elles se faire rattraper par la crise climatique ? David Bruant relançait ce sujet passionnant dans un message de microblogging voici quelques jours.

Lire la suite...

Enter your email to subscribe to updates.